EXPERIENCE PROJECTION ASTRALE – DÉCORPORATION INVOLONTAIRE

avril 10, 2017

Texte de Marianne Leitao

 

Marianne Leitao
©2017

Je suis heureuse de partager avec vous un texte écrit en 2013, suite à une expérience vécue en août 2013, une nuit des étoiles filantes, dont l’énergie était très forte ce jour là.
Je ne m’y attendais à ce phénomène.
Et  je poursuis aujourd’hui la visualisation des étoiles.

Mettre un nom terrestre sur cela  « don d’Ubiquité, bilocation, projection astrale, décorporation » etc… »

Mais,  ce qui est sûr, je me trouvais dans « un espace hors du temps » et ceci
en pleine conscience, donc je ne dormais pas !

Ce spectacle merveilleux que nous offre l’Univers, je souhaite que vous le connaissiez un jour…

———-

Marianne Leitao Ecrivain & médium

LA VISION DES ETOILES (août 2013)

Je ne vous raconte plus la merveilleuse aventure que je vis depuis le début 2011, cet « éveil » qui m’a permis de conclure que tout ce qui se passe pour moi maintenant « c’est la vraie vie ».

Bien que mon passé, je ne le regrette pas, non loin de là, et de plus, il m’a apporté de belles choses à vivre également.

Je ne pouvais l’éviter, car ce que j’y ai appris, me permet d’être la personne que je suis aujourd’hui.

C’est comme j’ai souvent l’habitude de dire, il y a une « heure pour toutes choses dans la vie », et surtout ne pas forcer ni aller au-delà ce que l’on peut. .

Pour les étoiles :

Ce nouvel élément dans ma vie depuis peu, que je partage avec vous, bien qu’il y ait tellement de choses à dire, mais je vais commencer par le début ce sera plus simple.

Le dimanche 18 août 2013, c’était le week-end des étoiles filantes !!. J’en avais parlé à mon petit fils (12 ans), nous attendions la tombée de la nuit pour essayer d’en apercevoir.

Nous nous installons confortablement sur la terrasse, il est aux environs de 20h, il fait très beau, quelle belle soirée !

Peut être qu’à ce moment-là, j’entre dans un moment de délassement, je savoure cet instant, de calme, de repos, et le ciel comme décor.

Il ne semble pas y avoir beaucoup d’étoiles filantes, je suis « vraiment désolée » pour mon petit fils, vraiment car il attendait ce moment impatiemment.

Le ciel est dégagé, les étoiles lumineuses, on semble entr’apercevoir des étoiles filantes quand même, je suis heureuse pour lui.

Un moment, je fixe une étoile, et par quel moyen, je ne sais pas, elle semble se matérialiser. J’essaie d’expliquer, c’est pas facile parfois de mettre des mots sur ce qu’on voit.

Lorsque je visualise une étoile, on dirait qu’elle se matérialise, Il y a plein de points autour de l’étoile qui se forment, et il semble y sortir des choses.

Ces choses en partant des étoiles, s’approchent à très vive allure, et grandissent à vue d’œil, j’ai un moment d’émoi, un peu peur, je me retiens, mon petit fils est à côté de moi.

Je demande à mon petit fils, s’il voit quelque chose, il me répond, non. Je lui explique quand même que, je vois sortir des choses des étoiles…
Il ne me juge pas, ne me dit rien, mais personnellement, je continue à lui raconter le maximum que je vois.

Ces choses se trouvent visuellement à hauteur de ma balustrade, moins de deux mètres, aussi grosses que des voitures Je pense que la présence de mon petit fils m’a réconfortée quand même, c’était assez impressionnant.

Je ne lui ai pas précisé que les choses que je voyais étaient « si proches », je les laissais parcourir leur trajet.

Et j’assistais à ce spectacle, comme si un monde qui vit bien et à leur aise se trouvait au-dessus de nous.

Ma première réaction, quand je les ai vues, « nous sommes bien petits » et malheureusement « peu de choses » à côté de ça,
c’est mon ressenti sur le moment.

Ce qui est certain, je nous voyais dans le bas, comment expliquer cela, et que nous n’avons pas beaucoup d’importance pour eux, peut être qu’ils ne nous voient même pas ?
Nous sommes si petits.

Ils étaient agiles, malgré leur corpulence. Ils semble avoir 4 pattes, ce sont les pattes arrière surtout qui les font avancer et ils retombent discrètement sur deux pattes avant.
Mais ça va très vite, pas facile d’expliquer tout cela, je les vois, je dirais en transparence, c’est pas comme à la TV, par exemple.

Le corps, une grosse masse et une sorte de tête qui pointe vers l’avant dans leur course, je n’ai pas vu en détail s’ils avaient des yeux.
et je reviens de nouveau à cette agilité impressionnante, malgré qu’ils soient imposants.

Ils allaient toujours vers la droite, il y avait un bon espace entre eux. Personne ne se marche dessus.

Ils donnent l’impression d’être « heureux et très puissants » et tout ce petit monde vit en harmonie,

Et puis je n’ai plus pensé à cet épisode-là, j’ai également des obligations familiales qui ne me permettent pas d’être à l’affût de tout ce qui se passe dans le ciel.

Entretemps, je pars en congé. En septembre de cette année là, le soir de la pleine lune, ça devait être un mois après. Comme à chaque fois, ces jours-là, j’aime bien la regarder.

Et le phénomène se reproduit, j’ai fixé une étoile et elle semble se matérialiser par des petits points autour et des choses qui en sortent. Je me rappelle le souvenir de la nuit des étoiles filantes.

A ce moment-là, j’ai commencé sérieusement à me poser des questions et faire des recherches sur Internet. Mais la plupart du temps, ça ne m’apportait rien du tout.

J’ai pensé également que je pouvais avoir un problème optique.

Ce qui m’apparaissait également et très distinctement, par rapport aux autres étoiles c’est le « triangle » , que je vois encore chaque jour. Peut-être est ce une configuration normale de celles-ci, je n’ai pas approfondi.
Ces étoiles en triangle qui brillent plus que d’autres, comme pour faire un signe…

De nouveau, profitant de la présence de mon fils et petit fils, je les invite à venir sur la terrasse pour voir,
« ils sont jeunes » ils ont de meilleurs yeux que moi.
Ma stupéfaction fut totale, ils ne voyaient pas « le triangle »

En fait, ils m’ont dit voir des étoiles mais pas autant ni celles que je leur indiquais ni le fameux triangle, ça me donnait l’impression que je pouvais voir de très petites, invisibles pour eux (première constatation).

Un soir au mois de septembre, c’est devenu un jeu pour mon petit fils, il veut qu’on aille voir les étoiles. Ça semble l’intéresser.

De nouveau, on s’installe, il me demande si je vois quelque chose, je lui dit non, pas grand chose, les étoiles sont très petites, j’en fixe une quand même. Je la fais descendre et bientôt, elle se trouve entre les deux immeubles.

Je vois les étoiles au ras de ma balustrade, et si elles sont si basses, ou que ma vue arrive à leur hauteur,  je pense que c’est dû aux énergie plus ou moins fortes du moment.

Quelle fut ma stupéfaction !!, j’étais en face d’un avion, il avait la couleur rouge et blanc, je voyais le cockpit, j’étais face à lui, et pourquoi ?, j’aurais pu me trouver sur le côté, ou derrière. Il y a certainement une raison à découvrir. Il semblait statique, c’est à dire que je ne le voyais pas voler durant ce moment de visualisation, drôle d’impression.

J’ai eu vraiment peur, rien qu’en écrivant, j’ai encore cette sensation, peur qu’il fonce sur moi.
Un moment par après, je me suis demandée si le pilote avait vu ma présence et je me suis mise à imaginer la scène, si c’était le cas, il a vraiment dû avoir peur

Le lendemain matin, j’en riais avec mon petit fils de cet épisode. Son papa a l’air plus distant face à cela, comme quoi les enfants sont plus naturels et ont un autre regard. Malgré qu’il soit intéressé par tout ceci, je n’insiste pas.

S’il me pose des questions, je lui répondrais. Je le laisse poursuivre son petit chemin et ne pas le perturber pour le moment, comme j’ai dit plus haut, il y a un temps pour tout.
Je vois malgré ses yeux purs, qu’il a déjà souffert, et porte « son petit égo » comme tout le monde, et qu’il devra s’en débarrasser.

Comment je vois ça, je ne m’explique pas, mais ici c’est un autre sujet que j’arriverais peut être à développer plus tard.

Donc, ce que j’avais pris pour une étoile dans le ciel, un tout petit point lumineux se révélait être un avion (certainement un long courrier).

A partir de ce moment là, tous les jours dès que je peux, je regarde les étoiles, faut dire également qu’il fait plus frais en ce moment et ça ne s’y prête pas beaucoup.

Une personne m’a dit qu’il s’agissait certainement d’un effet de visualisation. J’en ai déduit, que ce n’était pas moi qui était devant l’avion mais « ma vue », surprenant, mais rassurant quand même…

Pour penser finalement que lorsque les étoiles descendent, en fait c’est ma vue qui « monte » mais bon dans mon esprit, c’est toujours comme si elles descendaient.

A force de regarder tous les jours, j’essaie d’arriver le plus haut possible, ou les faire descendre un maximum, pour constater, que la distance que j’ai parcouru la veille, je m’y replace facilement le lendemain et ainsi de suite.

Par exemple, à la tombée de la nuit en ce moment, je peux simplement regarder par la porte fenêtre sans intention aucune de visualiser, mais il suffit que je fixe, et j’en vois une qui descend rapidement, sans faire d’effort.

Les premières visualisations, je fixais l’étoile sans cligner des yeux, si je relâchais, celle-ci remontait directement.

C’est assez périlleux de faire cet exercice, tenir les yeux ouverts. Au fil du temps, je peux cligner les yeux, reposer une seconde ceux-ci, mais l’étoile reste en place.

Un jour, j’ai pu faire descendre une étoile (je suis montée plutôt), toujours jusqu’à la balustrade, mon point de repère, et là j’ai vu comme, quelque chose d’ovale à peu près la grosseur d’un ballon, ça ressemblait à un vaisseau, de couleur brun vert.

C’était pas tout à fait fixe, mais plutôt flotter subtilement dans l’air (j’essaierais de dessiner un de ces jours, ce que j’ai vu).

Je l’ai fixé un moment, il était environ à 1m20 de moi, j’aurais voulu m’en approcher plus, mais je ne savais pas. Je reconnais que pour arriver à ce vaisseau où à ce que ça paraît être, il m’a fallu assez bien de temps, ce que je ne prends pas pour le moment.

Si je pointe l’index, je vois le fil lumineux blanc qui nous relie à l’Univers.

En dehors des étoiles, il y a beaucoup d’éléments dans le ciel, sans difficulté j’en fixe un et il s’approche à grande vitesse, arrivé à une certaine distance de moi, il ralentit pour se poser sur mon doigt.

Je pense qu’une chose que je dirige vers moi, c’est peut être pas tout à fait de ma volonté, mais que ça doit être comme ça, la plupart du temps.

Il y a un tout petit point lumineux à l’intérieur, « plus petit qu’une étoile » que j’ai pas facile à décrire, au début elles fonçaient sur les immeubles à côté, maintenant, je pense avec l’habitude j’arrive rien qu’avec la vue ou la pensée à les orienter.

Toujours mon index fixé vers l’Univers, j’essaie d’en diriger un et j’y arrive la plupart du temps car elles sont nombreuses, à perte de vue, et parfois non, alors je recommence aussi aisément, l’énergie ambiante a toujours son importance ici.

Arrivée sur l’index, je vois une petite chose qui prendre forme, puis elle avance, on dirait un insecte, et je remarque également les pattes et les ailes, elles sont transparentes, ce qui me fait penser aux abeilles (mais ici je n’ai pas de certitude).

Cela fait environ 5 mm, parfois plus grosses l’une que l’autre. Cet insecte remonte le long de mon index et en fait le tour, je ressens « des picotements », ce sont ses pattes qui donnent cet effet.

Mon doigt devient blanc lumineux un genre d’aura autour, et impression de doigt gelé ou très très froid, alors qu’il ne gèle pas.

Après être passé le long du doigt, cet insecte termine souvent par le bout du doigt au niveau de l’ongle, il y reste un moment, et là, opération délicate, ça fait mal comme un piqûre, mais je sais qu’à partir de ce moment c’est fini, et je vois qu’il part doucement, comme enveloppé d’un nuage, je ne peux pas le retenir, enfin j’ai jamais vraiment essayé.

Par contre, en essayant de photographier, je n’ai rien vu (bien sûr)…

Par beau temps, ou je suppose quand les énergies sont au beau fixe, par delà la cime des arbres (ceux qui sont en face de chez moi) je vois comme des petits points lumineux au-dessus d’eux, pour ma part, c’est leur aura que je vois.

Si  j’insiste, on dirait que les branches des arbres s’allongent à l’infini dans le ciel, et cela fait des ramifications qui couvrent tout le ciel. Ces ramifications sont identiques aux branches des arbres, et ça fait un treillis mais assez éclairci quand même, recouvrant tout le ciel.

Voilà ma petite expérience avec les étoiles, bon pour le moment, je vais dire que je ne m’entraîne pas beaucoup, minimum 5 minutes par jour, les nuits sont quand même froides, mais ce spectacle est un réel plaisir.

Malgré tout, c’est à force de regarder un peu tous les jours depuis cette fameuse nuit des étoiles filantes, que j’ai pu faire ces quelques constations et certainement qu’inconsciemment je suis poussée dans ce sens.

Je peux en conclure :

– Ce phénomène de visualisation des étoiles n’est produit uniquement qu’à l’aide de la lumière que celles- ci reflètent, comme un effet miroir.

Il m’est arrivé par temps très couvert (nuages etc…) de ne pas avoir d’effet de visualisation.

– D’autre part, les mouvements énergétiques contribuent beaucoup pour la visualisation, le   phénomène sera amplifié les jours de pleine lune, nuit des étoiles filantes et autres phénomènes atmosphériques…

Par exemple, les choses très imposantes que j’ai vues la nuit des étoiles filantes pour le moment ça ne s’est pas reproduit dans une si grande dimension, car c’était un jour de très fortes énergies.
Je vois toujours les énergies à l’oeil nu, mais de dimension moins importante.

– Pas besoin de consulter la météo (excepté pour la température), mais je peux dire d’un seul coup d’œil, s’il y a de l’énergie dans l’air.

– Lors de la visualisation, je me trouve comme dans un brouillard de brume, et quand j’arrête celle-ci, le temps semble clair autour de moi ou ciel limpide.

– Un nouveau élément depuis quelque temps, je peux voir bouger le dessin du carrelage de ma cuisine, c’est tout petit, assez marrant. marrant. J’ai essayé sur d’autres éléments, ça ne marche pas.

En fait, voir du plus petit, au plus grand…

– On m’a dit également que je devais me trouver certainement dans un espace « hors du temps », lors de ceci – Il semble y avoir beaucoup de choses dans le ciel et plus qu’on ne le pense.

– Les oiseaux par milliers et les insectes (abeilles ?) semblent avoir une grande importance dans notre Univers, à ne pas négliger

 

Texte de Marianne Leitao protégé par des droits d’auteur (copyright ©)

Publicités

Récit d’une vie antérieure

avril 9, 2017

Texte de Marianne Leitao protégé par des droits d’auteur (copyright ©)

 

marianne

Marianne Leitao ©2017

Je publie un article incidemment trouvé sur Internet (publié par la revue Brusselslife en 2015) rendant hommage à Victor Hugo lors de son exil à Bruxelles, ainsi que d’autres écrivains à l’époque « afin de penser librement »… et où, il publie « les Misérables »…
Le plus stupéfiant, cet article est publié en 2015, et en 2011, soit au début de mes ressentis je suis en pleine communication avec Victor Hugo par écriture inspirée
Et que je retrouve des dates reprises dans l’article (1851, 35 ans, 1853 etc…) et des signes…

J’écoutais en même temps j’écrivais des annotations rapidement (vous trouverez les dessins ci-dessous), c’était télépathique comme de vous à moi, comme s’il était à mes côtés.
Je vois des « oui » « non », car je posais beaucoup de questions.

Aujourd’hui, de mémoire, j’ai retenu l’intensité de ce moment que je ne peux oublier, il y avait beaucoup d’Amour partagé, c’est surtout ce sentiment qui permet les belles communications.

Ces faits et dates, auparavant je n’en avais jamais eu connaissance ! n’ayant jamais approfondi en détail la vie de Victor Hugo ou s’y rapportant à ce point !
Le connaissant surtout par le film les « Misérables » et quelques histoires.

Il m’a raconté une vie « comme communément, on dirait aujourd’hui une vie antérieure »

J’apparais sur le dessin, je me suis reconnue au grain de beauté sur la joue, à chaque fois le crayon insistait sur ce point. J’ai joué un rôle dans sa vie.

J’ai vu un endroit, une maison, la campagne.

Mais, il y a eu un drame dans la vie de Victor Hugo, il s’agit d’un enfant, issu de ce couple, il était âgé de 7 ans.
Mais rassurez-vous, il n’en porte plus le poids ni moi-même, c’était le motif de sa venue entre-autres, ainsi que de celle d’un fils.
Tout est arrangé depuis, comme un karma épuré.
L’enfant que j’ai eu en communication presqu’en même temps, baigne dans l’Amour maintenant, pour mon plus grand bonheur également.
Il m’a donné son prénom.

Dessin Marianne Leitao
©2017

Pour en revenir et il m’a fallu « presque 5 ans », grâce à cet article pour « tout comprendre » !
Mais le temps n’est pas important, ce qui compte c’est d’avoir compris.

Et de remarquer que deux semaines avant d’être tombée sur cet article au hasard de recherches sur Internet, je crée cette collection-ci.

Comme dans un puzzle, on dirait que tout se met en place.

Sur les dessins, vous ne le reconnaîtrez peut être pas, c’est souvent comme cela (car ils n’ont plus d’identité là haut !) mais ils donnent des éléments pour se faire reconnaître…
ici ils sont flagrants, la barbe, le costume…. (alors que j’ai jamais sur dessiner les personnages masculins !)
Le trait était très très rapide pour faire le personnage, surtout le costume, mais je n’avais qu’à me laisser guider.
On peut également remarquer les vêtements de l’époque.

Marianne Leitao
©2017

————

Extrait de l’Article où vous trouverez quelques dates…

L’un des écrivains les plus célèbres de la littérature française a fait de Bruxelles sa terre d’asile durant plus de 500 jours.

Honte à la rédaction de BrusselsLife.be. Notre site ne comptait jusqu’à ce jour aucune mention de la vie bruxelloise de Victor Hugo. Il était grand temps de corriger le tir. Nous vous emmenons donc sur les traces de l’auteur des Misérables à Bruxelles

Si vous aviez vécu à Bruxelles entre 1851 et 1871, vous auriez peut-être eu la chance d’apercevoir Victor Hugo à la fenêtre de sa chambre Grand-Place, de le surprendre en train de s’échapper de l’appartement de sa maîtresse dans les Galeries Saint-Hubert ou encore d’assister à l’avant-première des Misérables au Théâtre Royal des Galeries…
Honte à la rédaction de BrusselsLife.be.

Notre site ne comptait jusqu’à ce jour aucune mention de la vie bruxelloise de Victor Hugo.

Il était grand temps de corriger le tir.
Nous vous emmenons donc sur les traces de l’auteur des Misérables à Bruxelles. 500 jours d’exil

La toute première fois que Victor Hugo découvre Bruxelles, il y vient au bras de sa maîtresse Juliette Drouet en tant que touriste. Il a 35 ans et est déjà connu pour son œuvre Notre Dame de Paris.

En cette fin d’été 1837, la ville lui fait forte impression : « L’Hôtel de Ville de Bruxelles est un bijou, une éblouissante fantaisie de poète tombée de la tête d’un architecte.
Et puis, la place qui l’entoure est une merveille. »

La Cathédrale Saints Michel-et-Gudule achève de le faire tomber sous le charme de la ville.

Quinze ans plus tard, c’est notre capitale que choisit l’écrivain pour échapper au régime français. Il fuit Napoléon III.

En tant que défenseur de l’égalité sociale, de la démocratie et de l’abolition de la peine de mort, il devient ennemi du nouvel empereur qu’il déteste et qu’il surnomme « le petit ».

Le 12 décembre 1851, il s’installe pour 7 mois sur la Grand-Place de Bruxelles sous le faux nom de Jacques Firmin Lanvin. Il s’exile ensuite dans l’île anglo-normande de Jersey où il reste 10 ans avant de reprendre le chemin de notre capitale en 1861 pour y publier son œuvre maîtresse : les Misérables.

Suite en suivant le lien :
http://www.brusselslife.be/fr/article/bruxelles-terre-d-exil-de-victor-hugo


La rubrique de Marianne Leitao

avril 2, 2017

Chers lecteurs je vous présente Marianne qui est mon amie et qui a la particularité de pratiquer l’écriture automatique. A cet effet une rubrique lui est consacrée sur Néoconscience. Elle se fera un plaisir de répondre à vos commentaires. Elle publiera à souhait ici. Souhaitons lui la bienvenue c’est une personne qui a toute ma confiance, une belle âme.

Cordialement,

Era


Voici sa présentation

Marianne Leitao
©2017

Bio

Résumé
Je vous présente ce parcours récent qui a transformé ma vie, à la suite de cela, je suis devenue presque spontanément clairaudiente (j’entends), clairvoyante (je vois) et clairsentience (je ressens).
Introduction
Bonjour tout le monde,
Je fais de l’écriture semi-automatique inspirée et intuitive  (c’est à dire que j’entends en même temps que j’écris) cela s’est produit presque instantanément il y a 4 ans, suite au décès de mon mari en juin 2010.
En septembre de la même année, soit 3 mois après son départ, un samedi matin, il devait être aux environ de 11h.
Je suis dans le salon, je regarde sa photo dans le cadre posé sur le meuble. Une pensée me vient, « je ne peux pas rester comme ça sans lui parler ».
Je prends une simple feuille de papier à ma disposition, un crayon, et debout,  sur le coin de la table,  je veux lui dire « bonjour ».
Je n’ai pas eu le temps de réfléchir, le crayon que je tenais en main s’est mis à faire des lignes très très serrées énergiquement de part et d’autre de la page, je retiens surtout la force et la rapidité !. Je ne contrôlais rien.
Je l’ai pris pour un signe de sa part.
Devant cet engouement, je ressentais de la joie surtout, enfin j’avais trouvé le moyen d’entrer en communication avec mon mari, ou plutôt lui pouvait se communiquer par ce moyen.
Les jours qui ont suivi, j’ai pu lui poser une question qui était essentielle et la plus importante à mes yeux, je lui ai demandé « s’il m’aimait encore ?’ et spontanément « un petit cœur  s’est dessiné ♥ », j’étais à ce moment-là, la plus heureuse au monde.
Par après, très rapidement je suis passées du dessin aux écrits.
J’ai reçu également une très belle phrase que je n’oublierais jamais « tu es essence, vie éternelle ».
Après réflexion, je savais bien que cela ne se passait pas sur terre.
A partir de ce moment-là,  j’ai entrepris de nombreuses recherches sur la Spiritualité, un domaine que je ne connaissais pas.
J’ai reçu un enseignement Catholique dans l’enfance, dont la Base reçue m’a certainement aidée à une plus grande compréhension sur l’ouverture du cœur et de la conscience.
Au vu de la facilité avec laquelle j’obtenais des messages, j’ai invité des internautes à me poser des questions sur tous domaines et sans limitation, l’avenir de la terre, son passé, les défunts etc… etc…
(Et même sur les pyramides !, les hommes se seraient fait aider également pour leur construction « par les forces magnétiques du moment », je suppose que ça devait un savant calcul qu’ils faisaient à l’époque).
C’est simple mais il fallait y penser également.
Les réponses obtenues étaient immédiates, et souvent inconnues pour moi.
J’ai poursuivi en ce sens.
—-
Avant cela, j’avais une vie plutôt matérialiste, la famille qui comptait le plus pour moi, le travail, la maison, et je ne voulais pas croire à l’au-delà, à toutes ces histoires sordides que j’avais pu entendre dans mon enfance, ça n’entrerait pas chez moi !
J’ai vécu avec mon conjoint et mes enfants le meilleur que la vie peut offrir sur terre, tout mon amour était pour eux et l’est encore.
Malgré tout ce chemin de vie avec les épreuves que j’ai dû y passer, était certainement nécessaire, comme un enseignement pour comprendre et être ce que je suis aujourd’hui.
Afin de ne pas me perdre, et très casanière !, au décès de mon mari, j’avais de nouveau programmé ma vie jusqu’à mon dernier souffle; je poursuivrais celle-ci comme s’il était toujours à mes côtés.
Mais « la Vraie Vie » m’a rattrapée, comme pour me faire comprendre que ce n’était pas celle que j’avais vécu auparavant et que je faisais fausse route en programmant de nouveau celle-ci !.
J’ai pu demander un jour, toujours par écriture automatique, pourquoi tout cela m’arrivait, on m’a répondu en deux mots : « pour aider ».
Le message était clair, en pensée « j’ai accepté », et depuis je suis en route vers cette grande et merveilleuse aventure…
Ma vie fut transformée, j’ai été amenée à rencontrer beaucoup de monde même au-delà des frontières, les aider la plupart du tems d’une souffrance latente par un message d’un guide ou d’un être cher.
Tout ce que j’ai vécu avant semble ne plus exister ou effacé, je ne peux plus m’y remettre, c’est comme un renouveau, ma façon de penser, de voir dans ce nouveau chemin.
Les belles phrases et messages que je reçois en écriture ou simplement par la pensée, je les prends personnellement comme un enseignement, car « nous ne cessons d’apprendre » et je les transmets ici et ailleurs, comme cela m’a été demandé…
Merci pour ce beau cadeau que la vie m’a offert…
Je vous aime… ♥♥♥

Texte de Marianne Leitao protégé par des droits d’auteur (copyright ©)


Thierry Rodhan – Les Walk-in

février 12, 2017

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici
Ajoutée le 21 août 2015
Texte qui accompagne la vidéo

C’est un phénomène trop peu connu dans le paranormal mais il est pourtant bien réel.
Le phénomène des Walk-in est en deux mots un échange d’âme à âme.
Vous avez toutes et tous changer au moins une fois de véhicule, de voiture voire encore de vêtements.
Cet échange subviendrait lors d’un choc, d’un accident ou autre moment assez grave et c’est à ce moment là que votre corps, qui ne l’oublions pas reste un véhicule, va changer de….propriétaire.
Thierry Rodhan un spécialiste de la question nous en parle dans cette vidéo….

Alexis

Musique d’intro : Alexis Lambin
Musique de fond : The Inner Devil

Source :
http://www.lessentiersdureel.com


Connexions multidimensionnelles – Causes et effets- Par Anne Duflot

janvier 28, 2017

Conférence  samedi 18 mars  2017, 14H30 :

Anne Duflot donnera une conférence dans le cadre des activités de l’association Résonance Spirituelle: http://blog.resonancespirituelle.fr

ma-conf-resonannce-18032017

 

En partant de son expérience personnelle de connexion avec une autre dimension, elle partagera, dans un premier temps, ses réflexions suscitées par une maturation de celle-ci concernant le processus de connexion qu’elle a vécu, la nature des entités et la dimension via laquelle elles l’ont contactée, la teneur des messages qu’elle a ainsi reçus et le processus de leur formulation en mots; ceci après avoir décrit ses prédispositions à ce type de contact, et les facteurs déclencheurs qui ont été à leur origine.

Elle dégagera ensuite l’impact initiatique produit par ces contacts sur sa perception de notre plan d’existence terrestre, de notre structure holistique, du sens de la vie, et  notamment sur sa prise de conscience de notre multidimensionnalité.

 

Les places étant limitées, il est possible de les réserver  :

 

Association Résonance Spirituelle

18, rue du Docteur Lemaire

59140 Dunkerque

Téléphone : 06.48.38.63.85


TEXTOS (SMS) : ILS ENGENDRENT DES ONDES CÉRÉBRALES JAMAIS VUES !

août 31, 2016

Source : Science et vie

Photo : SXC.hu

Photo : SXC.hu

Par Roman Ikonicoff Le 06 juil 2016 à 17h36

Les mutants sont parmi nous ! Car voici une étude qui vient d’identifier des ondes cérébrales d’un nouveau type, jamais vues auparavant, chez 20% des usagers des textos (SMS) – nous tous (ou presque).

L’idée que la technologie numérique modifie profondément notre écosystème cognitif n’est donc plus une hypothèse. Et selon l’étude, cela concerne non seulement les jeunes qui sont nés le doigt sur l’écran (les « digital natives ») mais tout le monde, quel que soit l’âge et le genre.

Des ondes cérébrales nommées « rythme de textotage

Les chercheurs du Mayo Clinic College of Medicine et de l’université de Floride ont en effet découvert un nouveau mode dans la dynamique cérébrale qu’ils ont nommé « rythme de textotage » (texting rhythm).

En voici la définition technique, plutôt absconse : rythme thêta paroxystique généralisé monomorphique à prédominance frontocentrale à 5-6 Hz (et on en passe)…

Ce phénomène s’est manifesté chez 20% des volontaires

C’est en procédant à des mesures d’ondes cérébrales par électroencéphalographie (EEG) pendant une longue période (observations durant 16 mois) sur 129 personnes saines et atteintes de formes d’épilepsie que les auteurs de l’étude sont tombés sur ce phénomène : des trains d’onde électriques dont la forme ne coïncide avec aucune autre connue (figure ci-dessous).

Ils ont ainsi constaté que chez les volontaires sains, entre 16% et 20% présentaient ce rythme si particulier, de manière reproductible : il s’exprime durant l’écriture d’un texto sur smartphone ou tablette et peut durer entre 2 secondes et plus de 10 secondes.

Mais qu’est-ce donc que cela ?!

Inconnu dans les annales, ce rythme de textotage (RT) ne s’est également pas manifesté quand les volontaires ont été soumis à d’autres activités sollicitant l’attention, la concentration, le calcul ou le raisonnement mathématique, l’usage des doigts, le mouvement des yeux, la parole ou le langage.

De quels composants élémentaires ce nouveau geste cognitif est-il formé ? Quelles sont fonctions ou aires cérébrales sollicitées dans ce nouveau circuit d’activation ? Pourquoi cela ne s’est manifesté que sur 1/5e des volontaires ?

Quelques hypothèses…

Cette première étude ne permet pas de répondre clairement, notamment parce que la technique d’EEG (une vingtaines d’électrodes posées sur le crâne) n’a pas un grand pouvoir de résolution. Et l’utilisation de l’IRM fonctionnelle sur quelques volontaires n’a pas apporté d’informations supplémentaires.

Mais les chercheurs ont d’ores et déjà quelques hypothèses, qui serviront de base de travail pour des recherches ultérieures.

Un mélange de concentration et d’affectivité

Selon eux, ce nouveau circuit d’activation cérébrale « reflète la combinaison d’un haut niveau de concentration [peut-être lié à la taille réduite d’un écran de smartphone> associé à une influence affective accrue. »

Il est vrai que l’envoi d’un sms n’est jamais anodin en termes de relations humaines et demande une belle concentration motrice pour réussir à écrire sur un si petit et virtuel clavier…

NE PAS TEXTOTER EN CONDUISANT !

Dans tous les cas, les chercheurs en tirent déjà un enseignement : la mise en évidence de ce nouveau circuit, focalisant les ressources cérébrales, justifierait l’interdiction de l’usage des sms en voiture – activité qui requiert de garder la concentration sur l’environnement.

Il pourrait aussi expliquer pourquoi textoter en marchant n’est pas sans risque pour certains utilisateurs (comme moi) au vu du nombre de poteaux et autres obstacles qui se dressent sur notre chemin urbain.

–Román Ikonicoff

Source :


8ème Congrès Francophone de Médecine & Spiritualité

septembre 23, 2015

Information transmise par mon amie Anne Duflot

Source 

2015_Affiche_Lille

Invitation 2015

Madame, Monsieur, Cher collègue,

Au nom de L’Association Médicale Internationale Spirite (AME-INT) et du Comité Organisateur du 8ème Congrès Francophone Médecine & Spiritualité, nous avons le plaisir de vous inviter à participer à cet événement qui se tiendra le 24 et le 25 octobre 2015 à Lille en France.

Ce Congrès Francophone de Médecine & Spiritualité est un événement annuel de deux jours organisés sous le patronage de l’AME-INT qui regroupe plus de 150 participants venant de tous les pays européens. Cette année, les thèmes abordés incluront des discussions sur l’interaction entre le corps et l’Esprit dans le cas de certains troubles mentaux comme la schizophrénie.

L’AME-INT est une organisation sans but lucratif qui a pour mission d’encourager la recherche, la formation et les débats dans les domaines qui entourent la spiritualité, le religieux et la santé (S/R&H). Afin de conserver la mise à jour des avancées scientifiques et de promouvoir la recherche en S/H&R, l’AME-INT compte actuellement sur l’aide des académiciens volontaires professionnels suivants – le CV de chacun peut être consulté aux adresses mail ci-dessous :

Prof. Mario F.P. Peres (http://lattes.cnpq.br/4912576302404630)
Prof. Alvaro Avezum (http://lattes.cnpq.br/5000252539139347)
Prof. Giancarlo Lucchetti (http://lattes.cnpq.br/4066912017595353)
Prof. Alessandra LG Lucchetti (http://lattes.cnpq.br/6593222721731132)
Prof. Sonia Q. Doi (http://lattes.cnpq.br/4565073910148223)
Prof. Julio F.P. Peres (http://lattes.cnpq.br/0397936969033687)

 

De plus, l’AME-INT a organisé plusieurs événements internationaux dans différents pays à travers le monde comprenant la France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, l’Allemagne et le Brésil. Nous sommes fiers d’avoir accueilli parmi nous d’éminents conférenciers lors de ces événements:

 

Des Etat-Unis:
Harold G. Koenig, M.D. (Duke University)
Amit Goswami, Ph.D. (University of Oregon)
Jeff Levin, Ph.D. (Baylor University)
Christina Puchalski (George Washington University)
Jim Tucker, M.D. (University of Virginia)
Mario Beauregard, Ph.D. (University of Arizona)
Gary Schwartz, Ph.D. (University of Arizona)

De Grande-Bretagne:

Peter Fenwick, M.D. (King’s College Institute of Psychiatry)
Andrew Powell, M.D. (Warneford Hospital and University of Oxford)

Du Brésil:
Marlene Nobre, M.D. (late President of AME-INT)
Giancarlo Lucchetti, M.D. (Federal University of Juiz de Fora)
Alexander Moreira-Almeida (Federal University of Juiz de Fora)

Des Pays-Bas:
Pim van Lommel, M.D.

 

Dans l’attente, nous vous prions de recevoir nos salutations les plus distinguées.

Jorge C. Daher Jr., M.D.
Comité Organisateur, AME International

Sonia Q. Doi, M.D., Ph.D.

Président, AME International

Mr. Jean-Paul Evrard
Comité Organisateur (Local)