Une première: on photographie les méridiens d’acupuncture



14 avril 2005 – Des chercheurs allemands ont réussi, pour la première fois, à photographier les méridiens d’acupuncture à l’aide d’une caméra thermographique à rayonnement infrarouge.

La présence d’une source de chaleur (moxibustion) sur un point d’acupuncture situé dans le dos le long du méridien de la vessie stimule ce méridien. Son trajet le long des jambes peut alors être photographié à l’aide d’une caméra infrarouge sensible aux différences de températures de la peau.

Utilisant une caméra thermographique qui permet, au moyen de rayons infrarouges, la visualisation et l’enregistrement du rayonnement thermique émis par l’organisme à travers la peau, trois chercheurs de l’Institut international de biophysique (Allemagne) ont récemment découvert qu’il était possible de photographier les méridiens. Les photographies ainsi obtenues correspondent en tous points aux illustrations traditionnelles des ouvrages de MTC.

La procédure consiste à utiliser la moxibustion sur la partie du corps qu’on désire photographier, ce qui fait apparaître la trajectoire des méridiens sous la lentille de la caméra thermographique. La moxibustion est le réchauffement d’un point d’acupuncture à l’aide d’un moxa2. La chaleur dégagée stimulerait le point d’acupuncture et, selon toute vraisemblance, les méridiens auxquels il est relié.

Selon les chercheurs, les images ainsi obtenues confirment l’existence des méridiens d’acupuncture et indiquent que les organismes vivants sont, en permanence, le siège d’une fine activité électronique. Selon eux, cette découverte ouvre de nouvelles perspectives quant à notre compréhension de la dynamique des transferts énergétiques au sein de l’organisme humain.

En Médecine traditionnelle chinoise (MTC), les méridiens constituent un réseau dans lequel circule le Qi, l’énergie vitale de l’organisme. Ils relient les différentes parties du corps et connectent les Viscères enfouis dans l’organisme aux points d’acupuncture situés à la surface du corps. Ils ne constituent cependant pas une structure physiologique au même titre que les nerfs ou les vaisseaux sanguins, et l’idée même de leur existence constitue un paradoxe aux yeux de la science moderne. Ils ne semblent pas être constitués de matière au sens où on l’entend habituellement, pas davantage que l’énergie vitale qu’ils véhiculent. Bref, personne ne les avait jamais observés autrement que sur les illustrations des ouvrages de MTC. Pour plus de renseignements, voir Médecine chinoise 101 dans la section Thérapies.

Pierre Lefrançois – PasseportSanté.net

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :