Extrait du livre hébreu d’Enoch

Puisqu’on a abordé le thème des anges, j’aimerais vous faire partager une description de ces êtres célestes que j’ai lue dans un ouvrage intitulé « Livre Hébreux d’Enoch » ou encore « Livre des Palais ».
Dans le monde juif de la fin de l’Antiquité, les anges ne sont plus comme dans la Bible, l’apanage de quelques privilégiés auxquels ils apparaissent pour délivrer un message, ni les envoyés de Dieu qui punissent et récompensent les nations. L’aspect le plus remarquable de l’évolution des idées sur les fonctions angéliques est le rôle donné maintenant dans la vie individuelle. Ils accompagnent tout un chacun, invisibles et silencieux, protecteurs et intimes des individus dans presque toutes leurs activités quotidiennes. L’ange écoute les prières de tout un chacun et les transmet à Dieu, c’est pourquoi le Talmud déconseille de prier en araméen, langue ignorée des anges (chabbat 12b). Des prières leur sont même souvent adressées. Ce qui n’a pas manqué de susciter des réactions de la part des autorités rabbiniques, qui condamnent ou discréditent ces pratiques contrevenant au plus strict monothéisme.

Des prières sont élaborées pour s’attirer la protection de certains anges, voir par exemple le sidour (rituel) de Rav Amram Gaon, 52a : « L’homme qui sort de chez lui durant la nuit dira : A ma droite est EL, à ma gauche est OUZIEL, devant moi est NAMOUEL, derrière moi est CHAACHOUEL , la CHEKHINA de Dieu est sur ma tête, sauve moi d’une mauvaise rencontre et du m échant Satan » Comparez avec la prière qui se récite au lit avant le sommeil dans le rite achkhénaze : « au nom du seigneur, Dieu d’Israël : à ma droite est Michaël, à ma gauche Gabriël, devant moi Ouriel, derrière moi Raphaël, et sur ma tête la Chekhina de Dieu ».

Dans le Livre des Palais, les anges sont dépeints ainsi que leur hiérarchie et leurs activités. On y parle de leur place au ciel mais pas de leurs interventions sur la terre. Leur corps est périssable et leur âme immortelle comme nous, mais ils sont de taille gigantesque. Ce sont des êtres de feu et de lumière. On les décrit avec des ailes multiples et des yeux innombrables. Ce sont des Puissances Divines créées par la Parole de Dieu et ils n’existent que pour lui rendre hommage, et chanter ses louanges. Ils évoluent dans un univers avec une densité de lumière incroyable. Tout n’y est qu’harmonie, musique, parfum et lumière glorieuse qui émane de ces êtres célestes. Les anges supérieurs sont parfois décrits comme des guerriers impressionnants armés d’un glaive et d’un arc.

Je prends ici l’exemple de Kérouviel YHVH, prince des chérubins :

« C’est un prince imposant et merveilleux, courageux et loué par toutes sortes de louanges, prince vaillant plein de forces vives, prince majestueux et la majesté est avec lui, prince juste et la justice est avec lui, prince saint et la sainteté est avec lui. Prince glorifié par des milliers d’armées, prince exalté par des myriades de soldats. Son courroux fait trembler l’univers, sa colère secoue les camps, la frayeur qu’il inspire ébranle les fondations, à son grondement Aravot est secoué. Sa taille est remplie de braises, la hauteur de son envergure est pareille à la hauteur des sept firmaments, la largeur de son envergure est comme la largeur des sept firmaments. L’ouverture de sa bouche brûle comme une torche, sa langue est un feu dévorant, ses paupières sont comme la splendeur de l’éclair, ses yeux sont comme des étincelles resplendissantes, l’aspect de sa face est comme un feu brûlant. Une couronne de sainteté est sur sa tête et le nom merveilleux est gravé dessus ; d’elle jaillissent des éclairs. L’arc de la Chekhina est entre ses épaules, son glaive pareil à un éclair, est posé sur ses reins, sa flèche telle l’éclair, est sur sa ceinture, une cuirasse de feu dévorant est suspendue à son cou, de la braise de genêts l’enveloppe. L’éclat de la Chekhina est sur sa face, des rayons de majesté sont sur ses roues, un turban royal orne son crâne, son corps entier est couvert d’yeux, sa taille est tapissée d’ailes sur toute sa longueur. Sur sa droite une flamme jaillit, sur sa gauche fuse un flamboiement. Des braises crépitent de son corps et des flambeaux surgissent de lui, des éclairs éclatent de sa face. Il est constamment accompagné de coups de tonnerre répétés. Tremblement de terre sur tremblement de terre sont sans cesse auprès de lui. Deux princes du char sont à sa place…

Chekhina = puissance céleste
Aravot = 7 ème palais

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :