Gnomon

Un gnomon est le nom du plus simple cadran solaire : un bâton planté verticalement dans le sol, ou même encore plus simple l’homme lui-même. Il est connu depuis l’antiquité. L’heure peut se déterminer soit en fonction de la longueur de l’ombre, soit en fonction de son orientation.

Par extension, le gnomon désigne la partie d’un cadran solaire qui forme l’ombre, mais il vaut mieux utiliser « style ».

En général, le style est parallèle à l’axe de rotation de la Terre. Sur certains cadrans, cependant, le style est perpendiculaire au cadran et seule son extrémité est utilisée pour sa lecture, dans ce cas le nom usuel est gnomon, ou style droit. Sur des cadrans plus élaborés, la forme du style permet de prendre en compte directement la correction de l’équation du temps.

Le gnomon a donné son nom à l’art de la construction des cadrans solaires : la gnomonique.

L’exemple ci dessous n’est pas significatif des cadrans solaires verticaux à gnomon, il comporte une courbe en huit appelée méridienne, dans la plupart des cas le tableau comporte le graphique des heures libellées en chiffres romains, le chiffre quatre y est écrit soit avec 4 bâtons (IIII), soit libellé (IV).

Le gnomon perpendiculaire au plateau du cadran projette l’extrémité de son ombre au midi solaire sur une courbe en huit qui représente l’équation du temps tout au long de l’année ; le détail ci-contre permet de voir l’indication de la date, ici mi-mars.

Les deux courbes en huit partielles à gauche apportent les corrections pour l’heure d’été et l’heure d’hiver.

On notera également les courbes presque horizontales du cheminement de l’extrémité de l’ombre, tout au long d’une journée, chaque courbe correspond à une date spécifique (anniversaire) dessinée par son auteur le gnomoniste.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :