Hierarchie Céleste

selon Pseudo Denys l’Aéropagyte
Traduit du grec par L’abbé DARBOY, professeur de théologie au séminaire de Langres (1845)

Saint Denys l’Aréopagite, vécut au premier siècle après Jésus-Christ. Il était un membre éminent du Conseil des sages d’Athènes qui rendait ses arrêts à l’Aréopage. Denys était un grand astrologue initié aux mystères de Dionysos enseignés à l’école d’Eleusis et comme tel vénéré comme un être proche de Dieu. Sa rencontre avec Saint-Paul fut un des événements majeurs de sa vie. Non seulement il suivit son enseignement mais il devint aussi son plus fidèle disciple. Saint-Paul chargea Denys d’ouvrir une école ésotérique à Athènes dont la renommée toujours grandissante fut une référence. Son rayonnement spirituel et culturel fut si important, que pendant plus d’une dizaine de siècles beaucoup d’élèves furent appelés aux titres de conseillers particuliers auprès des papes, empereurs et rois dans toute l’Europe. C’est Jules II pape érudit, astrologue et grand bâtisseur de la cité du Vatican qui commanda au peintre Raphaël, la fresque de « l’école ésotérique d’Athénes », d’ailleurs toujours visible dans la chambre des signatures au palais du Vatican.

Oeuvre de Denys l’Aéropagyte

Comme tous les ouvrages ésotériques, celui de Denys s’est transmis oralement jusqu’au Veme siècle où son ouvrage « Des Noms Divins et Théologie Mystiques » appelé également « La Hiérarchie Céleste », fut transcrit en grec par un écrivain membre de l’école d’Athènes, nommé Pseudo Denys l’Aéropagite, afin que son enseignement ne soit pas déformé. Ces manuscrits furent reconnus comme des oeuvres majeurs de l’église au premier Concile de Constantinople en l’an 533.
Les textes de Denys serviront à la fondation de la jeune pensée chrétienne mais aussi à la formation de théologiens comme Albert le Grand ou Thomas d’Aquin.
Au IXeme siècle, le CORPUS DIONYSIACUM parvint en Occident et fut transcrit en latin par l’abbé Hilduin abbé de saint-Denis puis à la demande de Charles Le Chauve par un moine irlandais Jean Scot Erigene. Ces textes, une fois traduits furent diffusés à l’ensemble de l’église latine. Ils eurent une influence considérable sur le clergé de l’époque. Toute la richesse spirituelle de la tradition ésotérique grecque leur fut révélée.
Sa hiérarchie fait figure de référence dans la mystique chrétienne. Elle fut complétée par les kabbalistes, qui donnèrent le détail des noms des 72 Anges Servants composant les neuf Hiérarchies, à partir des versets 19, 20 et 21 du chapitre 14 de l’Exode.
Vous trouverez ci-dessous le texte intégral de son ouvrage majeur : « La Hiérarchie Céleste » sur lequel des générations d’angéologues se sont appuyés pour poursuivre leurs recherches…

Publicités

2 Responses to Hierarchie Céleste

  1. Andy Monaco dit :

    J’ai trouvé votre blog sur l’ésotérisme par hasard, et j’ai voulu vous laisser une note tellement je suis impressionné par la qualité des renseignements que vous avez postés ici. Continuez ce grand travail, vous fournissez une grande ressource pour Internet! Je vais sans aucun doute vous marquer.

    • blabla dit :

      Mis à part un » détail » : denys l’aeropagite ne peut pas etre celui des actes!Il s’agit d’ecrits neo-platoniciens donc du Vème siècle après Jesus Christ!

%d blogueurs aiment cette page :