Le caducée

Le caducée, ou le bâton d’Hermes (messager et scribe des dieux grecs) est un symbole de sagesse, de guérison et de fertilité. C’était en fait une branche d’olivier avec deux pouces décorées de guirlandes de fleurs ou de rubans stylisées comme deux serpents. Selon les légendes anciennes, le dieu Apollon a donné le caducée à Hermès.

Asclépios, le dieu grec de la médecine, porte lui aussi un bâton autour duquel sont enroulés des serpents. Zeus, inquiet à l’idée qu’un si brillant médecin pourrait rendre les hommes immortels, l’a foudroyé. Même Thot, le dieu égyptien, porte un caducée, objet apparaissant par ailleurs dans la culture babylonnienne.

Le serpent vert part de Malkhout et se love vers la droite en touchant Nètsah, puis revient vers le centre à Tiféret et finit à Gevourah. Le serpent vert représente l’extase et la nature, où Dieu agit, ainsi que le monde naturel des arbres, des plantes et des fleurs.

Le serpent orange part lui aussi de Malkhout et se love vers la droite, touche Yesod, se love vers la gauche en touchant Hod, puis revient au centre à Tiféret et finit à hèsed. Le serpent orange représente l’analyse et la compréhension, la voie de la gnose hermétique vers la conscience de Dieu à travers l’intellect.

Le cercle entre les deux ailes surmonte Kèter. L’aile gauche couvre Binah, l’aile droite, Hokhmah. Le caducée une fois posé sur l’Arbre de vie, on voit un mouvement nouveau et sophistiqué, plus représentatif de l’équilibre yin et yang, en harmonie avec l’ère du verseau, où les opposés complémentaires existent l’un dans l’autre.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :