La Mort

La mort est un sujet qui n’est pas facile à aborder car les esprits sont plutôt hermétiques à ce niveau là. La mort est le théâtre de la disparition d’un proche qui engendre une coupure brutale de sentiments submergés par ceux-ci et peu de personnes peuvent y être insensibles. Nous avons vu dans notre entourage des gens qui tournent le sujet en dérision, sûrement pour masquer une peur intérieure, mais comment peut-on ironiser sur un sujet aussi déliquescent ? Soit parce qu’on est un abruti de base sans retenue, soit parce qu’on n’y a jamais été confronté. La mort est un art de vivre pour certains et un commerce pour d’autres et au milieu, il y a des gens qui souffrent parce que des êtres chers ont disparu de leur quotidien. Certains vous diront qu’il faut rire de tout mais est ce qu’on peut rire d’un drame lorsqu’on est personnellement touché ? Je ne crois pas ! Après, il y a différentes manières de surmonter cette épreuve. La mort et la religion Il est difficile pour quelqu’un qui a voué sa vie à la religion de voir une autre réalité que celle du dogme, celle du défunt qui part au paradis ou en enfer. En effet, comment peut-on imaginer que nos proches sont partis voguer vers d’autres dimensions alors qu’on nous a prétendu le contraire jusqu’à maintenant ? Comment peut on être sûr de ce qu’il se passe de l’autre coté alors que nous n’y avons jamais mis les pieds, aussi bien du coté des instances religieuses que du pèlerin ? Les croyances religieuses ont fait de la mort, une croyance de vie, un art de soumission, une formule qui repose sur le bien et le mal, l’enfer et le paradis, simpliste mais qui marche depuis des lustres car l’être humain perd son sens critique devant l’inconnu. Comme il n’a pas d’autres alternatives que celles qu’on lui a proposé, il suit celui qui se prend pour autorité et ainsi, il se soumet pour ne pas être considérer comme un paria. Aujourd’hui, l’être humain a mûri et ses croyances s’estompent peu à peu car il pense que la mort est un changement d’état. Le cordon religieux se coupe petit à petit pour que le libre penseur vole de ses propres ailes. L’histoire nous démontre, qu’à travers la mort, les peuples ont souffert et c’est à travers cette souffrance que la haine et la division se sont propagés mais aujourd’hui, on s’aperçoit que l’histoire repose sur des guerres de peuples parce que le voisin ne pense pas comme l’autre et au dessus de ça, des systèmes opportunistes qui essaient de garder le contrôle de la masse. Au-delà de la mort S’il y a des entités qui flottent dans notre dimension, c’est parce qu’il y a des parcours inachevées. Les liens qui unissent les vivants des défunts doivent être coupés pour que chacun puisse trouver une paix intérieure. Vouloir garder quelqu’un qui est passé de l’autre coté est purement égoïste et pourtant, c’est une des épreuves les plus dures à réaliser. Abandonner à son destin, un père, une mère, un fils, un ami, n’est à souhaiter à personne mais entretenir des liens ne feront que retarder les échéances. La coupure des liens subitement affecte le mental et suivant le degré émotionnel, il peut laisser des séquelles. Il n’est par rare de voir, dans l’entourage d’un défunt, des gens qui ont besoin de tranquillisants ou qui suivent des thérapies pour palier au manque affectif et à la disparition. Certains même se laissent mourir pour rejoindre au plus vite l’être disparu et nous pouvons comprendre mais c’est une situation paradoxale entre le détachement . Celui qui est touché de près par la mort se débarrasse momentanément de tous les carcans le temps du deuil et c’est peut être le seul moment de sa vie où il fera preuve de sincérité. Après. Il se pose des problèmes de conscience, est ce que je garde le défunt pour surmonter mon chagrin ou est-ce que je le laisse partir définitivement pour trouver une paix intérieure ? Chacun, en son âme et conscience agira pour être le plus juste selon les degrés d’affinités et les attentes. On se retrouve dans une situation latente et les liens qui unissent les défunts des vivants sont des fréquences de vibrations qui ne trouvent plus la résonnance adéquate et qui crée une coupure entre deux plans. Vouloir contacter les défunts Il existe des gens qui sont capables de communiquer avec les défunts mais c’est vous exposer à des risques car ils font appel à des entités qui se trouvent dans le bas astral. Il faut savoir qu’une entité a besoin d’un corps physique pour se nourrir et elle compte sur la naïveté vaniteuse de ces « médiums » pour arriver à leur fin. L’interlocuteur de l’autre coté peut très bien usurper une identité pour se nourrir à travers le médium et elle vous dira ce que vous voulez entendre. Si c’est l’effet recherché, certains s’empresseront de vous aider moyennant finance. S’il doit y avoir des nouvelles de proches disparus, il faut éviter de les provoquer, néanmoins, il faut se préparer psychologiquement en étant très attentif aux signes qui entourent chacun de nous par exemple et ne pas rechercher le contact absolument. La sérénité et le détachement seront des atouts majeurs. Celui et celle qui sont réfractaires aux idées immatérielles n’auront peu de chance d’avoir des nouvelles tant attendues. S’il doit y avoir absolument un contact, ça se fera d’une manière ou d’une autre et il faudra être prêt à ce moment là. Conclusion La mort est une étape nécessaire pour la pérennité de l’être humain car elle fait partie du cycle de la vie comme l’arbre qui laisse tomber ses feuilles à chaque saison pour immortaliser la renaissance. Nous participons à notre niveau à l’évolution de l’être humain où chaque étape de la vie entraine des conséquences qui conduiront à la mort d’une manière ou d’une autre mais sans une prise de conscience de cela, notre vie ne servirait à rien. Croquer la vie à pleine dent, brûler des étapes, briller en société, satisfait sur le moment mais ne nourrit pas sur le long terme. Comprendre le cycle de la vie inclut que, sans la mort, il n’y aurait pas de vie et si nous devions prendre un exemple, c’est celui de la nature qui ne se barde pas de subterfuges mais de modifications nécessaires pour s’adapter à son nouvel environnement et c’est dans ce sens là que nous devons agir.

Source

Publicités

5 Responses to La Mort

  1. YANN DE NANCY dit :

    bonjour Era, ce texte et tres vrai, merci pour sa véracité.

    me permet tu de le partager sur mon propre forum, Rubrique NDE?

    en ce qui me concerne, pour rejoindre ce qui est dit, ici, je travail sur plus d’une vie, ayant pris concience que la mort n’es pas une fin en soi, mais une continuité d’un travail, limité par quelques passage dans la matiere (nos vie incarné) mais continué par tout ce qui ne se fait pas dans ce monde matériel.

    je suis persuadé, que d’avoir concience de cette état, permet de mieu apréhendé cette inconnu, meme si nous ne savons pas forcément le but de nos vie incarné respective, le fait de pensé qu’une vie ne suffit pas a travail tout nos potentiel, et que l’on peu le travaillé sur plusieur vie, offre des possibilité bien plus grande que la vie terrestre, ces possible, sont quasi illimité.

    Merci encore pour ce texte.

    amicalement yann

  2. Moi jlais vue jai deja été morte pis on ma sauver!

  3. Amie Era 😉

    Tu devrais remettre des sections à ce texte remarquable.

    « manu » I.R.A 😉

  4. […] reblogué ici (les articles aux alentours sont intéressants). […]

%d blogueurs aiment cette page :