Colère des apiculteurs après l’autorisation d’un nouveau pesticide

Source : http://lesajusteurs.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/06/20/colere-des-apiculteurs.html
1885928.jpgLe Cruiser OSR est autorisé en France pour traiter les semences de colza. Une décision dénoncée par les apiculteurs qui jugent ce produit dangereux pour les abeilles.

Les apiculteurs s’inquiètent de la surmortalité des abeilles et pointent le rôle des pesticides qui les affaibliraient.

Réagir

Le pesticide Cruiser OSR de la firme suisse Syngenta a reçu une autorisation de mise sur le marché en France. Ce produit fongicide et insecticide est destiné à enrober les semences de colza pour les protéger contre les parasites. Or le Cruiser, déjà utilisé en France pour le maïs, fait partie des pesticides mis en cause dans la forte mortalité des abeilles. L’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) a révélé jeudi 16 juin cette autorisation, confirmée ce vendredi par le ministère de l’Agriculture.

Le Cruiser est un mélange de trois substances : l’insecticide thiaméthoxam et les fongicides fludioxonil et métalaxyl-M. «Le thiamethoxam, est à l’origine de cas avérés d’intoxication d’abeilles. Son autorisation sur le colza, plante très visitée par les hyménoptères, est gravissime pour l’avenir du cheptel apicole français » écrit l’Unaf dans son communiqué.

De son côté, le ministère s’appuie sur un rapport de l’Anses (Agence nationale sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) datant d’octobre 2010.
«Les résultats disponibles indiquent l’absence de surmortalité ou de mortalité inexpliquée, l’absence d’anomalie dans le comportement des abeilles, ainsi qu’un développement de populations adulte et larvaire et une évolution pondérale de ruches cohérents avec un bon état sanitaire et une bonne reprise du développement des colonies au printemps » écrivent les experts de l’Agence, qui ont notamment étudié les études soumises par Syngenta.

«Des observations spécifiques à chaque essai ont été réalisées, lesquelles ne mettent pas en évidence de lien apparent avec l’exposition au pollen et nectar de colza issu de semences traitées mais un lien plus probable avec des interventions apicoles, des facteurs sanitaires ou environnementaux ». En bref l’Anses estime que l’exposition des abeilles au colza traité par Cruiser au moment de la floraison n’a pas d’impact sur leur survive et sur la bonne santé des colonies.

En février dernier, le Conseil d’Etat a pourtant annulé des autorisations délivrées en 2008 et 2009 par le ministère de l’Agriculture pour le Cruiser. Pour un autre produit, le Cruiser 350, le Conseil d’Etat doit encore se prononcer.

Une multitude facteurs explique la mortalité élevée des abeilles en Europe mais aussi en Amérique du Nord, touchée par le syndrome d’effondrement des colonies. Parmi ces causes, des recherches pointent l’action conjuguée des molécules insecticides et fongicides utilisées dans les champs (lire notre dossier : Disparition des abeilles, la fin d’un mystère ?)

Les abeilles disparaissent moins dans les villes que dans les champs, souligne l’Unaf, qui organise pour la deuxième fois les 17 et 18 juin les APIdays dans 50 villes. L’occasion pour les apiculteurs de faire connaître leur métier aux citadins et de rappeler que les insectes butineurs sont cruciaux pour l’environnement et les cultures.

Publicités

2 Responses to Colère des apiculteurs après l’autorisation d’un nouveau pesticide

  1. franckwrite dit :

    Triste réalité…
    Ce qui est navrant dans l’histoire, c’est que les produits issus de la ruche ont des valeurs thérapeutiques et si nous ne maintenons pas notre écosystème, nous allons à notre perte ! Pas besoin de Nibiru ou de calendrier Maya pour la fin du monde, l’homme s’en sort très bien comme ça !

%d blogueurs aiment cette page :