Les anges de la Kabbale

juin 29, 2008

La Kabbale est une mystique juive. À noter que pour les anges Malachim et Serafim, l’occultiste de la Renaissance Cornelius Agrippa a écrit deux alphabets magiques portant respectivement leur nom

alphabet Malachim

Les Kabbalistes (voir Zohar, Exode, 43) proposent la liste suivante : Lire la suite »


Pourquoi travailler avec les anges de la Kabbale?

mai 2, 2008

La tradition Kabbalistique est issue des enseignements des hautes écoles initiatiques atlantidéennes, qui ont été ensuite repris, via l’Égypte, par la tradition hébraïque. Cette tradition ainsi que son mode opératoire, est transmise depuis des milliers d’années. Il s’est crée depuis un puissant égrégore et une profonde habitude de travail entre l’homme et ses 72 Anges. Lire la suite »


Les anges de la Kabbale

mai 2, 2008

Dans la kabbale juive, le nom de Dieu s’écrit avec quatre lettres : Iod Hé Va Hé. Il est également expliqué qu’entre la Lumière Sans Fin et la Terre, il y a quatre mondes : le monde des émanations, celui de la création, celui de la formation, et enfin celui de l’action. 4 lettres et 4 mondes… que l’on peut représenter sur un triangle descendant sur quatre niveaux :

….. Iod
…. Iod Hé
.. Iod Hé Vav
. Iod Hé Vav Hé

Si l’on remplace chaque lettre par sa valeur numérique (autrement dit sa place dans l’alphabet hébreu), on obtient :

…. 10
… 10 5
.. 10 5 6
. 10 5 6 5

Et si l’on additionne tous les chiffres ainsi obtenus, on obtient 72.
Les kabbalistes en ont conclu que le Véritable Nom de Dieu se composait en réalité de 72 Noms différents. Restait à trouver quels étaient ces Noms…
Lire la suite »


Les Archanges et les dix sefirot

mai 2, 2008

L’énergie divine descend d’en haut et donne naissance à des émanations ou à des sphères (les dix séfirot). Chaque sefirah (hébreu, singulier de sefirot, terme venant de la racine séfar, « compter ») représente une signature énergétique. L’Arbre de vie est une représentation visuelle des voies de retour depuis l’ascension à la conscience de Dieu. En montant à travers les séfirot depuis le bas (puis en revenant à la base), on revient à Dieu. L’humanité arrive à Dieu en assimilant tour à tour les significations de chaque séfirah. Lire la suite »


L’absolu

mai 2, 2008

Enseignement ésotérique mystique, la Kabbale s’est exercée à élaborer les principes métaphysiques fondamentaux de la création. Les concepts de la Kabbale illustrent la nature de L’Absolu, les lois cosmiques fondamentales et les hiérarchies de la création.La Kabbale enseigne un mystère profond, qui peut être mis en rapport avec les théories modernes des évènements créationnels et l’appréhension de la nature des réalités dimensionnelles supérieures étayant toutes les choses. Lire la suite »


Extrait du livre hébreu d’Enoch

mai 2, 2008

Puisqu’on a abordé le thème des anges, j’aimerais vous faire partager une description de ces êtres célestes que j’ai lue dans un ouvrage intitulé « Livre Hébreux d’Enoch » ou encore « Livre des Palais ».
Dans le monde juif de la fin de l’Antiquité, les anges ne sont plus comme dans la Bible, l’apanage de quelques privilégiés auxquels ils apparaissent pour délivrer un message, ni les envoyés de Dieu qui punissent et récompensent les nations. L’aspect le plus remarquable de l’évolution des idées sur les fonctions angéliques est le rôle donné maintenant dans la vie individuelle. Ils accompagnent tout un chacun, invisibles et silencieux, protecteurs et intimes des individus dans presque toutes leurs activités quotidiennes. L’ange écoute les prières de tout un chacun et les transmet à Dieu, c’est pourquoi le Talmud déconseille de prier en araméen, langue ignorée des anges (chabbat 12b). Des prières leur sont même souvent adressées. Ce qui n’a pas manqué de susciter des réactions de la part des autorités rabbiniques, qui condamnent ou discréditent ces pratiques contrevenant au plus strict monothéisme. Lire la suite »


Kabbale

mai 2, 2008

La Kabbale (Qabalah en hébreu) est une tradition mystique, philosophique et ésotérique juive. Elle est présentée comme la Loi orale secrète, donnée par YHWH à Moïse sur le Mont Sinaï en même temps que la Torah (ou Loi écrite). Le Baal Soulam, kabbaliste, et commentateur du Zohar, en donne la définition suivante : « Cette sagesse n’est ni plus ni moins que l’ordre des racines, descendant à la manière d’une cause et de sa conséquence, selon des règles fixes et déterminées, s’unissant au nom d’un but unique et exalté, décrit par le nom « révélation de Sa Divinité à Ses Créatures en ce monde » ». Le kabbaliste P. Virya définit la kabbale comme « la dimension interne de la Torah, correspondant au sod (la connaissance ésotérique) des quatre niveaux de l’intérieur de la Torah (connus sous le nom de pardès) ». Lire la suite »