Les positions du Reiki

février 28, 2011


Mikao Usui, sa vie et son époque

février 25, 2011

Mikao Usui, sa vie et son époque

(1865 – 1926)

( Extraits du livre « Reiki le livre source » avec la permission des auteurs Bronwen et Frans Stiene)

Actuellement, c’est sur un support de pierre que l’on trouve la majeure partie des faits historiques concernant Mikao Usui. Il s’agit, en fait, de la stèle de sa pierre tombale qui fut érigée en guise de mémorial. Cette stèle se trouve dans le cimetière du temple boudhiste Saihôji, de l’école de la Terre Pure, à Tokyo.

Elle a été dressée par certains de ses élèves, en 1927, juste un an après sa mort. Elle présente la vie de Mikao Usui telle que ses élèves de l’Usui Reiki Ryôhô Gakkai la voyaient. Hormis ces informations, rares sont les autres faits historiques relatifs à ses enseignements qui ont fait l’objet de vérifications. Ce n’est pas pour autant que peu d’histoires circulent sur sa vie.

Avec pour toile de fond, le conflit de la Seconde Guerre mondiale, il n’était pas possible qu’Hawayo Takata introduise aux USA un système d’origine japonaise. Elle contourna cette difficulté en adaptant à la situation le contenu des enseignements de Mikao Usui qui l’exigeait. Ainsi, elle qui n’avait pas son pareil pour conter anecdotes et « paraboles » elle usa de ses talents pour enseigner, pendant 40 ans, ce qu’elle appelait le système Reiki. Il est dificile, de nos jours, de vérifier l’authenticité de la plupart des informations qu’elle transmit. Nous savons, néanmoins, avec certitude qu’une partie était fausse… Sa foi en ce système était, elle, authentique puisqu’aujourd’hui son système Reiki rayonne sur toute la planète.

Mikao Usui – sixième à partir de la gauche, 2ème rangée.

(Photo extraite du « Manuel de Reiki » publié par Arjava Petter et Yamaguchi)

Sa venue au monde, dans une famille de Samouraï

Mikao Usui est né le 15 août 1865, dans le village de Taniai (désormais appelé Miyama Cho) dans le comté de Yamagata de la préfecture de Gifu, au Japon. Aujourd’hui, à Miyama Cho, sur le haut lieu d’Amataka, on peut lire, gravé sur un imposant torii (portail d’un haut lieu), le nom de Mikao Usui, là ou se dressait jadis sa maison.

Les frères et la soeur Usui offrirent la pierre du torii en avril 1923.  Les frères Usui, Sanya et Kuniji, devinrent respectivement médecin et policier. Sa soeur, qui était son aînée s’appelait Tsuru. Le père de Mikao Usui s’appelait Uzaemon et sa mère appartenait à la famille Kawai.

Mikao Usui est né dans une société organisée sur un système de classe. Il faisait partie de la classe des privilégiés. A sa naissance, les gens du peuple n’avaient pas encore de nom de famille, un luxe qui ne leur fut accordé qu’à partir de 1870. La famille de Mikao Usui était une famille de samouraïs.

Selon le mémorial, le célèbre samourai, Tsunetane Chiba (1118-1201) était un ancêtre de Mikao Usui. Récemment, Hiroshi Doi révéla que cette information était incorrecte et qu’en fait Mikao Usui était un descendant de Toshitane Chiba, un célèbre samouraï, seigneur de guerre du XIVe siècle. En 1551, ce dernier fit la conquête de la cité d’Usui dont sa famile prit le nom par la suite. Qu’il descendit directement de Tsunetane ou Toshitane, ou des deux, n’a que peu d’incidence car tous deux appartenaient au clan Chiba.

En Occident, on a cru qu’il était d’une famille chrétienne. Hawayo Takata a probablement divulgué cette information en raison d’un fort sentiment de rejet que le Japon inspirait aux USA pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

En réalité, lorsque Mikao Usui est né, la religion chrétienne était interdite au Japon. Aujourd’hui, on dispose de peu d’éléments concernant la vie personnelle de Mikao Usui. On connaît mieux la vie de d’autres Japonais nés à la même époque et dans des circonstances semblables.

Mikao Usui

Sa Vie de Famille

Mikao Usui épousa Sadako Suzuki dont il eut deux enfants : un fils, Fuji, et une fille, Toshiko. Fuji (1908-1946) devint enseigant à l’Université de Tôkyô et Toshiko ne vécut pas longtemps puisqu’elle mourut à l’âge de 22 ans, en 1935. Les cendres de la famille sont regroupées au cimetière du Temple Saihôji de Tôkyô.

Mikao Usui ne devint père que relativement tard compte tenu des usages de l’époque. Il avait 43 ans lorsque son premier enfant vint au monde et sa fille ne naquit que six ans plus tard. Gichin Funakoshi écrivit dans son autobiographie, « Karate dô, My Way of Life », qu’il ne se maria pas et n’eut pas d’enfant avant d’avoir plus de 20 ans « un âge assez avancé pour se marier » à cette époque dans sa région.

Sa Carrière

Durant sa jeunesse, son ardeur au travail et son courage hors norme le distinguaient de ses camarades. Une fois arrivé à l’âge adulte, il se rendit en Europe, en Amérique puis en Chine ou il étudia. Il avait des goûts éclectiques et aimat lire. Il s’adonnait à la lecture d’ouvrages d’histoire, de médecine, à celle des Écritures bouddhistes et chrétiennes et s’intéressait de près à la psychologie, au Taoĩsme et même aux arts divinatoires, à la magie et à la physionomie.

Extrait de la stèle du mémorial de Mikao Usui, 1927

Grâce aux nombreux voyages qu’il effectua à travers le Japon et en dehors de ses frontières, sa carrière fut variée. Il fut à un moment le secrétaire particulier de Shimpei Goto, un homme politique qui occupa entre autres les fonctions de Gouverneur de la Compagnie Nationale des Chemins de Fer et qui devint en 1920, Maire de Tôkyô. Mikao Usui a prouvé qu’il appréciait la poésie en incluant 125 waka, ou poèmes, à ses enseignements. Dans ses notes, il est dit qu’il composait ses propres waka et qu’il recopiait les poèmes auxquels il était sensible.

Shimpei Goto

(Photo extraite du site d’Andy Bowling)

Mikao Usui n’a jamais été un docteur, comme il s’est dit en Occident.

Cheminement d’Usui

Afin de respecter au plus près les faits historiques entourant la vie de Mikao Usui, voici des précisions apportées par M. John Lee Shimoda.  (note de Jean Cornudet)

(voir son blogue  http://johnlee.bloguez.com/johnlee/page4/ )

Il (Mikao Usui) exerça différents métiers, il aurait été fonctionnaire, employé d’une société, travailleur indépendant, journaliste, secrétaire d’un homme politique, propagateur d’une religion shinto, (on ne sait pas laquelle), visiteur dans les prisons. A travers cela, il cherchait une plus grande connaissance de la vie (c’est le parcours classique des shamans. Mikao Usui était considéré comme un grand Reinosha, en japonais on l’appelle : chojin teki reinosha:chojin désigne une personne douée de capacité extraordinaire, supranormale. Reinosha  est composé de rei: esprit, No:capacité, Sha: personne. C’est une personne qui voit les esprits, pas seulement des morts mais des dieux.)

Au bout d’un certain temps, il commença à se poser la question du but de la vie humaine. Après des années d’entrainement, il eu une première illumination : le but de la vie est d’atteindre Anshin Ritsumei : la paix parfaite et de comprendre sa propre existence.(voir page:reiki origine).

Il pratiqua le zen, cherchant à atteindre Anshin Ritsumei. Après trois ans de pratique dans un temple de kyoto, il n’était toujours pas capable d’atteindre l’illumination ultime.

Cliquez sur l’image ci-dessous et visitez Kurama Yama

 

En mai 1922, persuadé que s’il n’atteignait pas l’illumination, sa vie serait vaine, il commença un jeune sur le Mont Kurama. A minuit le vingt et unième jour, on dit qu’un puissant Reiki cosmique pénétra par sa tête, et entra en résonnance avec son Rei ki intérieur. (Rei:âme Ki: énergie-souffle).

(En fait, comme il était seul, on peut se dire que personne ne sait ce qui lui est arrivé…). Dans un rare document écrit de sa main, il dit qu’il a senti l’énergie de son souffle se modifier, au cours du jeûne, et c’est là qu’il a comprit qu’il avait acquis un pouvoir de guérison.

Ayant atteint l’unité avec l’univers, sa quête de l’illumination ultime était achevée.

Comme il redescendait de la montagne, il s’est blessé au pied, en s’arrachant un ongle. Il posa sa main sur la blessure, qui guérit immédiatement.
Au pied de la montagne, il y avait une femme dans une maison de thé qui souffrait d’un mal de tête dû aux dents. De nouveau, la guérison fut immédiate lorsqu’il posa sa main, et il comprit qu’il possédait un pouvoir de guérison.

En avril 1922, Mikao Usui nomme la capacité qu’il avait acquise Reiki Ryoho et décide de la partager avec le plus de monde possible. (Alors qu’au Japon, il est habituel de conserver un pouvoir dans sa famille).

On sait à présent, par des documents retrouvés au Japon, que le nom complet de sa méthode était : Shin Shin Kaizen Usui Reiki Ryoho, qui signifie méthode de soin Usui par le Reiki pour le corps et l’esprit.

Il crée la Usui Reiki Ryoho Gakkai, les cinq préceptes, la méthode d’instruction et s’établi à Harajuku, à Tokyo. Les cinq preceptes ne proviennent pas de l’empereur Meiji, comme certains le croient (dû a des erreurs de traduction de la stele de Saihoji) mais d’un medecin Japonais(Bizan Suzuki) qui écrivis « kenzen no michi » le chemin pour la santé. Les préceptes Reiki sont des poèmes (waka) de ce médecin.

En septembre 1923, se produit le grand tremblement de terre de Kanto. Usui Mikao et ses disciples parcourent les rues de la ville pour soigner les blessés.

En février 1925, à cause de l’expansion de ses activités, l’Usui Reiki Ryoho Gakkai transfère son quartier général à Nakano.
Des invitations qui proviennent de toutes les parties du Japon l’appellent pour qu’il donne des soins et des enseignements à différents endroits.

En mars 1926, alors qu’il voyageait vers Kure, Hiroshima, et Saga, Usui Sensei trouve soudain la mort. Il avait 62 ans. Sa tombe se trouve à Tokyo, dans le cimetière du Temple bouddhiste de l’école Jodo Shu, le temple Saihoji. Ceci est une preuve qu’il n’appartenait pas au bouddhisme Tendai , comme le prétendent certains.

Voir la tombe de Mikao Usui à Tokyo et la stèle où son oeuvre et sa vie sont résumées:

Cliquez sur l’image ci-dessous et visitez la tombe d’Usui

 

Au Japon, ce sont les moines bouddhistes qui s’occupent des rites mortuaires pour le culte des ancêtres (conception animiste ancienne).

Après sa mort, il y a eu différents présidents de l’ Usui Reiki Ryoho Gakkai qui se sont succédé :

Successeurs dans l’école traditionnelle USUI REIKI RYOHO GAKKAI (Fondée en 1922)

1er président Usui Mikao 1865-1926
2ème président Ushida Juzaburo 1865-1935 Vice-amiral
3ème président Taketomi Kanichi 1878-1960 Vice-amiral
4ème président Watanabe Yoshiharu date de naissance inconnue, mort en 1960 vice amiral
5ème président Wanami Hoichi 1883-1975 philosophe
6ème président Koyama Kimiko 1906-1999 femme de professeur d’université
7ème président Kondo Masaki né en 1933 professeur de littérature

Monsieur Kondo Masaki est l’actuel président.

John Lee Shimoda

(Photo extraite du site d’Andy Bowling)

Un jour, il gravit le Kurama Yama et après 21 jours d’une discipline d’ascète, il sentit soudain Un Grand Reiki au-dessus de sa tête et atteignit l’illumination. Il reçu aussi le Reiki Ryôhô. Il l’essaya sur lui-même puis sur les membres de sa famille et son efficacité fut immédiate.

(…) Sensei était doux et humble, par nature. Il ne se comportait jamais de façon ostentatoire. Il était d’une constitution imposante vigoureuse et arborait toujours un sourire de contentement.

(…) Sa renommée étant grande, de nombreuses personnes des provinces environnantes souhaitaient le recevoir. Sensei, pour honorer ses invitations, se rendit à Kure, puis à Hiroshima, à Saga et enfiin à Fukuyama. Là, contre toute attente, il tomba malade et passa de vie à trépas. Il mourut le 9 mars de la quinzième année de Taisho (1926 de notre ère), à l’âge de 62 ans.

Extrait de la Stèle du Mémorial de Mikao Usui, 1927

Source :  http://www.centrereikiquebec.com/Usui-id155.php


Fossilium 2009 à Villeneuve d’Ascq (59)

octobre 21, 2009

fossilium2009_01fossilium2009_02


Le guérisseur blessé

septembre 13, 2009

Traduction

La mythologie est une méthode pour identifier les traits dans la psyché humaine et utiliser ces archétypes pour traduire les expériences humaines. Dans la mythologie grecque Chiron était le plus sage des centaures et l’archétype même du « guérisseur blessé ». Il fut accidentellement blessé par une flèche qui avait été trempée dans le sang de l’Hydre. Parce qu’il était immortel, le venin lui créa un tourment éternel. Dans la quête de son propre remède il découvrit comment soigner les autres. En enseignant aux autres l’art de soigner il trouva un réconfort à sa propre douleur. Lire la suite »


Reiki, d’autres regards sur la vie

janvier 30, 2009

Reiki pour la paix dans le monde

janvier 18, 2009
J’ai reçu ce message d’une amie praticienne de Reiki , appel aux bonnes volontés 🙂

J’organise le mardi 20 janvier à 20h une séance reiki à distance pour la paix dans le monde, il est grand temps que tous les peuples de la terre prennent conscience qu’il n’y a qu’une source c’ est le fait de notre pensée qui l’a subdivisée.

C’est pourquoi je lance un appel à tous les praticiens reiki, dans la mesure de leur possibilité de se joindre à moi pour cette séance en direct ou programmée et de diffuser ce message à toutes leurs connaissances reiki et si elles en ont la possibilité de diffuser au maximum ce message sur leur forum reiki preferé.

Je vous remercie pour votre aide

Que la paix, l’amour et la lumière vous accompagne sur votre chemin.

Aujourd’hui est une journée merveilleuse car je le décide.
Même s’il y a des problème, tout s’arrange toujours autour de moi

Piera
http://www.reiki-soins-a-distance.com

Gyoshi-ho

avril 30, 2008

Gyoshi-ho signifie « méthode de guérison par le regard ».

Tout comme koki-ho, la méthode gyoshi-ho ne trouve pas son équivalent dans la pratique occidentale du reiki. De la même manière, la technique gyoshi-ho est utilisée lorsqu’on ne peut pas toucher la zone à traiter, par exemple les brûlures. Elle peut être également utilisée pour des personnes qui ont subi des abus et ne veulent pas être touchées. Lire la suite »